top of page
SXblue GPS GNSS

1-800-463-4363

LE SBAS EN TOUTE SIMPLICITÉ

Pour comprendre le fonctionnement des systèmes de renforcement basés sur l'espace (SBAS) tels que WAAS/EGNOS/MSAS/GAGAN, la méthode conventionnelle de correction différentielle en temps réel (LBAS) sera d'abord présentée, ainsi que les facteurs affectant la précision locale du DGPS (cette section ne traite pas du différentiel de phase de la porteuse). (Il est à noter que cette section ne traite pas de la correction différentielle de la phase de la porteuse). Système de renforcement local (LBAS) Système de renforcement spatial (SBAS) Traitement des erreurs - Différences entre LBAS et SBAS Système de renforcement local (LBAS) Le DGPS conventionnel implique l'installation d'un récepteur GPS de référence dont l'antenne est réglée sur un point dont les coordonnées sont connues. Ce récepteur mesure la distance, en temps réel, par rapport à chacun des satellites GPS. Les distances mesurées incluent les erreurs présentes dans le système. Le récepteur de la station de base calcule la portée réelle, sans erreur, en connaissant ses coordonnées et celles de chaque satellite. La différence entre la portée connue et la portée mesurée pour chaque satellite est l'erreur de portée. Cette erreur est le montant qui doit être retiré de la mesure de distance de chaque satellite afin de corriger les erreurs présentes dans le système.


Système de renforcement local (LBAS)


La station de base transmet les corrections d'erreur de portée aux récepteurs distants en temps réel. Le récepteur distant corrige ses mesures de distance par satellite à l'aide de ces corrections différentielles, ce qui permet d'obtenir une position beaucoup plus précise. Il s'agit de la principale stratégie DGPS utilisée pour la majorité des applications en temps réel. Le positionnement à l'aide des corrections générées par les balises radio DGPS, par exemple, fournira une précision horizontale de moins de 1 mètre à 5 mètres avec un niveau de confiance de 95 %, en fonction de la qualité du récepteur GPS utilisé. Selon le même principe, des systèmes DGPS plus sophistiqués à courte portée (10 à 15 km) peuvent atteindre une précision de l'ordre du centimètre en utilisant la phase porteuse. Dans ce cas, on parle couramment de RTK au lieu de DGPS.


Systèmes de renforcement spatial (SBAS) L'administration fédérale américaine de l'aviation a mis au point un système de renforcement à grande échelle (WAAS) afin de fournir un positionnement précis à l'industrie aéronautique. En plus de fournir un service précis et de haute qualité à cette industrie, ce service est disponible gratuitement pour tous les autres utilisateurs civils et les marchés d'Amérique centrale et d'Amérique du Nord. Ce service fait partie de la catégorie plus large du système de renforcement basé sur l'espace (SBAS).


Le 24 août 2000, à l'issue d'un test de 21 jours, la Federal Aviation Administration des États-Unis d'Amérique a annoncé que son système de renforcement à couverture étendue (WAAS) fonctionnerait désormais 24 heures sur 24, sept jours sur sept. Depuis, les essais ont montré que ce signal est précis et fiable. Depuis sa mise en service (le 10 juillet 2003), le WAAS a subi quelques changements dans sa constellation de satellites et sa couverture (suppression progressive des PRN 122 et 134 et remplacement par les PRN 135 et 138 à de nouveaux endroits, et ajout de stations de surveillance au sol au Canada et au Mexique en septembre 2007).


D'autres agences gouvernementales ont suivi le rythme et développé des systèmes SBAS compatibles pour leurs régions géographiques respectives. En Europe, l'Agence spatiale européenne, la Commission européenne et EUROCONTROL ont développé conjointement le système européen de navigation par recouvrement géostationnaire (EGNOS). EGNOS est maintenant entièrement déployé et se trouve dans sa phase pré-opérationnelle. Le système fera l'objet d'une certification pour les applications de sécurité de la vie avant de devenir pleinement opérationnel. Par ailleurs, le 28 juin 2007, l'Agence spatiale européenne et l'Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar ont signé un accord de coopération dont l'objectif est d'utiliser la navigation par satellite pour améliorer la sécurité du trafic aérien sur le continent africain.


Au Japon, le système de renforcement satellitaire MTSAT (MSAS) a été déployé par le Bureau japonais de l'aviation civile (JCAB). Lancements réussis du MTSA





En Inde, l'Organisation indienne de recherche spatiale (ISRO) et l'Autorité indienne des aéroports ont achevé avec succès le test final d'acceptation du système GAGAN (GPS Aided GEO Augmented Navigation system), comme l'a annoncé Raytheon Company le 20 novembre 2007. Avec l'achèvement du test final d'acceptation du système, l'Inde est prête à s'engager dans la phase suivante du programme, qui étendra le réseau terrestre existant, ajoutera de la redondance, et produira l'analyse de certification et la documentation pour la mise en service de la sécurité des vols. Inmarsat 4f1 a été utilisé lors de l'essai d'acceptation du système. Dans l'attente du lancement de son propre satellite de communication, le GSAT-4 (prévu pour juin 2009), l'ISRO indien a interrompu la diffusion des signaux d'essai de GAGAN. La Chine a un programme similaire pour un SBAS et le service s'appelle le Chinese Satellite Navigation Augmentation System (SNAS). La série SXBlue GPS est capable de recevoir des données de correction de tous les SBAS compatibles.